En cette période de crise, les entreprises ont besoin de se serrer les coudes peu importe la concurrence. C’est pour but de ne pas voir ses confrères s’effondrer. Et il faut admettre que le crédit inter-entreprises aide beaucoup. C’est un concept qui existe depuis des années, mais qui s’est popularisé à cause de la crise sanitaire et économique apportée par le Covid-19. Mais au fait, en quoi consiste-t-il ?

Crédit inter-entreprises, de quoi s’agit-il ?

Pour aller droit au but, le crédit inter-entreprises est une sorte de crédit financier dont les entreprises s’accordent entre elles dans le cadre de leur relation commerciale, notamment les achats et les ventes. Ce sont alors les partenaires économiques qui s’accordent ce crédit, c’est-à-dire les clients et les fournisseurs. Au lieu de prêter des sommes, les fournisseurs prolongent les délais de paiement après l’envoi de la facture. Ainsi, cette solution peut-être avantageuse pour l’entreprise cliente, mais vue d’un autre angle, cela peut aussi lui causer des pertes.

Quels risques pour les petites entreprises ?

Les entreprises fournisseurs abusent parfois de leur puissance pour profiter de leurs sous-traitants, c’est un fait. Les sous-traitants sont pour la majorité cas les auto-entrepreneurs, les TPE et les PME et ils deviennent dépendants de l’entreprise fournisseur à cause du crédit. En effet, lorsqu’une petite entreprise se retrouve avec des paiements retardés, elle n’a d’autre choix que de se plier aux volontés du fournisseur et bien sûr, cela ne peut pas être un atout pour elle. Heureusement que le gouvernement y a pensé et a mis en place des lois pour y remédier.

Quelle prévention prise par le gouvernement ?

Deux lois sont en vigueur sur le territoire hexagonal pour encadrer le crédit inter-entreprises. Il y a dans un premier temps la loi LME qui fixe la date de règlement de facture à 60 jours suivant la réception des factures. En cas de non-respect du délai, une sanction s’afflige, comme le doublement du taux de majoration. Dans un second temps, il y a la loi Macron qui vise à établir une sorte de solidarité financière entre les entreprises clientes et les fournisseurs.

Ajouter un commentaire